CLORE LA PROJECTION

Avant-première UGC Lille le 27/05 2002

Catherine Breillat interviewée par Daphnée du ciné Le Majestic de Lille..

Interview lors de sa visite au Majestic:

PUBLIC  : Comment avez-vous choisi Anne Parillaud?
CATHERINE B.  :Je voulais Isabelle Huppert mais elle tergiversait comme d'habitude et puis, j'ai vu Anne Parillaud dans le couloir. Je n'avais pas du tout pensé à elle. Mais j'ai compris tout de suite que c'était elle qu'il me fallait.

CINEPHOTO  : Est-ce que "c'est toujours bien trop beau pour que tout aille bien"?
CATHERINE B.  :J'ai dit ça moi? Vous êtes sûr?
CINEPHOTO  :C'est au début du film sur la plage.
CATHERINE B.  : Ah! Oui c'est vrai mais c'était pour le besoin de la scène, ça. Oui, c'est toujours trop beau, mais de toute façon, l'imprévu est toujours mieux que le prévu. Il suffit de savoir s'en servir…
Ce film est assez léger, ce n'est pas aussi terrible que mes autres films. Mais c'est une vie de chien un tournage, parce qu'on travaille 14 heures par jour. Les acteurs sont d'accord pour tout au départ, c'est à l'arrivée qu'ils ne le sont pas. Un tournage c'est dix minutes de bonheur et les making-off ne montrent jamais le cœur du film. Lorsqu'on tourne un film on ne réalise pas un film, on ne le réalise qu'après…

CINEPHOTO  : Pour boucler la mise en abîme, dans quel état étiez-vous derrière votre écran en tournant la superbe scène d'amour pleine d'émotion?
CATHERINE B.  : J'étais dans un pire état que les actrices derrière mon combo.